wraps sans gluten à la farine de manioc

(NOTE : This recipe is available in English here)

Des wraps sans gluten qu’on peut plier sans qu’ils cassent, oui, ça existe, la preuve est sur la photo. J’en suis très, très contente. Leur secret réside dans le choix de farine… et l’ajout de pomme râpée. Rien à voir avec la recette que j’utilisais précédemment, mais que je conserve pour mes crêpes salées. Ici nous avons eu vraiment l’impression – et le plaisir – de manger des « vrais » wraps. Ou alors nos papilles ont oublié ???

Pour ce qui est de la farine, exit donc celle de riz, qui donne systématiquement des résultats secs en bouche. Pas de teff non plus, alors qu’elle fait pourtant partie de mes préférées. Ici je lui ai préféré la farine de manioc, beaucoup plus neutre en goût, et que je suis ravie de pouvoir à nouveau trouver en magasin bio. J’ai également fait une tentative avec de la farine de sarrasin, plus courante et bien moins chère.  C’était très goûteux MAIS les wraps n’ont pas tenu au pliage, quel dommage.  A voir si je peux y remédier, à moins que quelqu’un parmi vous ait une solution? Petite parenthèse sur la graine de teff et le manioc : d’après Wikipedia, elles sont toutes deux résistantes à la sécheresse, bravo les filles ! Le seul point noir concernant le manioc serait sa haute teneur en glucides… pas grave, il n’y a qu’à bouger un peu pour compenser ! Quant à la pomme râpée, elle contribue à garder la souplesse de la pâte une fois cuite. Lors de mon premier essai, les wraps étaient un peu trop sucrés, ce qui m’a ammenée à réduire la quantité de pomme. Ceux que je fais maintenant gardent un très léger goût de sucre, mais vraiment si peu que cela ne nous dérange pas, quelque soit la garniture choisie. De toute façon, les wraps achetés en magasin contiennent presque systématiquement du sucre ajouté (sous forme de dextrose, encore lui, toujours lui!), en plus d’une intéressante ribambelle d’ingrédients mystérieux – qui peut m’expliquer ce qu’est le carboxyméthyl-célulose sodique ?

Pour terminer, j’ai fait en sorte que l’on puisse assez facilement diviser les quantités, afin que vous ayez l’option de ne faire qu’un ou deux wraps avant de décider si vous allez adopter (ou adapter, ha-ha) cette recette.

ATTENTION: toute reproduction ou utilisation de cette recette à des fins commerciales est absolument interdite sans l’autorisation expresse de l’auteure de ce blog, ma cuisine sans sulfites.


Ingrédients ( pour 4 wraps)

ingrédients pour wraps souples sans gluten

140g de farine de manioc bio

– une pincée de sel marin non raffiné, sans additif

– ¼ cc de bicarbonate alimentaire

– 4 cc de yaourt de son choix (végétal pour nous) ; avec le bicarbonate il aide les wraps à gonfler un peu

– 4 cc de purée de noix de cajou – mais je pense que de la purée d’amande ferait tout aussi bien l’affaire

– 50 ml d’eau

– 75 g de pomme grossièrement râpée – opération à faire tout en dernier pour éviter l’oxydation

– un peu d’huile pour la cuisson (j’ai pris de l’huile d’olive)

Préparation:

1. Diluer la purée de noix de cajou (ou d’amande) avec le yaourt puis l’eau.

 

2. Mettre tous les ingrédients secs dans un robot avec le mélange de l’étape précédente.

3. Râper la pomme, déposer dans le robot avec tout le reste et mettre en marche jusqu’à qu’une boule de pâte se forme – entre 20 et 30 secondes. Si toutefois au bout de ce temps les ingrédients ne semblent pas coopérer, ajouter un tout petit peu d’eau .

4. Filmer la boule de pâte et laisser reposer au frigo une heure au moins.

5. Peser et diviser la pâte en parts égales, environ 75 g par wrap.

6. Déposer un pâton entre un morceau de papier sulfurisé et du film étirable légèrement huilés. Aplatir en forme de cercle d’abord avec la main, puis au rouleau à pâtisserie. On doit obtenir un cercle d’environ 20 cm de diamètre (Je me sers d’une petite assiette comme guide). Enlever le film étirable.

7. Déposer le cercle de pâte sur une poêle non adhésive chaude et très légèrement huilée, LE PAPIER SULFURISÉ TOUJOURS COLLÉ À LA PÂTE FACE EN HAUT. Baisser le feu et laisser cuire la première face du wrap 2 à 3 minutes à feu , pas plus — un wrap trop sec n’est plus assez souple pour être roulé. En cuisant, le dessus va sécher et vous pourrez tranquillement décoller le papier cuisson de la pâte. Retourner le wrap pour en cuire l’autre face 2 à 3 minutes également et passer à la préparation du suivant sur le même morceau de papier cuisson, sans oublier de le huiler de nouveau.

img_5473
On peut commencer à décoller le papier cuisson du côté où des taches sombres se forment, indiquant que le dessus du wrap est cuit – donc ici du côté droit.

8. Déposer le wrap cuit sur une assiette que l’on couvre pour garder l’humidité à la pâte. Les wraps sont évidemment « au meilleur de leur forme » garnis dans la foulée, mais on peut les garder au frais, une fois refroidis, une journée (deux peut-être?) à condition de les filmer pour empêcher qu’ils ne déssèchent. Le lendemain, 10 à 20 secondes au micro-ondes suffisent à leur donner une nouvelle vie! Le temps varie selon le micro-ondes que l’on possède. 

Pour la garniture, on n’a que l’embarras du choix!

 

Publicités

17 commentaires

  1. Coucou Joëlle ! tes wraps sont fort appétissant. Je pense qu’il commence a il y avoir une prise de conscience qu’il faut faire attention à ce que nous mettons dans nos assiettes.. merci car ton blog est de ce point de vue très instructif pour moi qui cuisine peu mais qui fait très attention quand même. Je le disais un peu plus tôt en soirée sur un autre blog, je ne mange presque plus de charcuterie.. c’est un exemple parmi d’autres. Bises bretonnes de notre Bretagne où il fait beau en ce moment ce qui n’est pas pour déplaire à Malzenn 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Frédéric!
      Hier en faisant des courses en magasin bio, je suis tombée sur quelqu’un qui m’a décrit tous les symptômes dont souffrait ma Moitié « avant”. Une naturopathe venait d’ailleurs de lui conseiller de manger sans gluten, sans produits laitiers ni additifs. Après lui avoir filé deux ou trois tuyaux, je suis rentrée convaincue de la légitimité de mon combat! Alors, bravo pour tes efforts, mais j’espère que tu ne te prives pas de saucisses Naf-Naf 😉… Contrairement à la plupart des produits charcutiers, elles ne contiennent pas d’ingrédients sortis du labo du Dr Frankenstein… En faisant attention, tu préserves la bonne santé de tes intestins, et tu ne seras pas obligé comme nous d’en venir à des évictions draconiennes!
      Bisous, à un de ces jours. En mode “multi-services” en ce moment, je suis éloignée de la blogosphère. Mais je ne t’oublie pas!

      Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Eveline, avec toutes les étapes nécessaires pour le mettre “à son goût”, c’est toujours un peu l’angoisse aussi quand on installe un nouvel ordi, non?… J’ai la nostalgie du vieux PC sur lequel j’avais Linux comme système d’exploitation et non Windows: pas d’appli inutile, que le strict nécessaire et une sécurité imparable! Hélas, la carte-mère a rendu l’âme il y a un an…
      Je te fais confiance pour vite te familiariser avec ce nouvel outil… et t’en servir pour continuer à nous enchanter avec tes billets!
      Gros bisous à vous deux aussi, bonne soirée 😊

      Aimé par 1 personne

      1. C’est mon breton qui avait monté mon ordi de a à z et installé Linux (version Ubuntu) dessus. C’est la distance qui rend les réparations compliquées… Sûr que nos enfants sont plus aptes à choisir du nouveau matériel, que ferions-nous sans eux?
        À bientôt 😊

        Aimé par 1 personne

    1. Merci Cat, j’ai encore beaucoup à apprendre en matière de cuisine: je ne connais pas les Souvlaki! A découvrir.
      Nous allons bien, le jardin beaucoup moins, désespérément sec. Pas d’eau en vue avant dix jours encore, c’est vraiment alarmant. En attendant, je ramasse les noix. J’ai encore de la concurrence cette année, il faudra que j’en parle dans un prochain billet 😆.
      Bisous, bonne fin de semaine.

      Aimé par 1 personne

    1. Merci, Gilles, c’est pas bien de flatter mon ego ainsi! Non, un livre de recettes n’est pas à l’ordre du jour pour le moment, malgré l’incitation régulière de ma Moitié!
      Quand j’étais gosse, je rêvais de devenir écrivain(e?). J’ai une histoire pour petits en tête, mais je n’ose toujours pas me lancer. Terrible, cette peur non pas du flop, mais d’être personnellement déçue du résultat final. Si jamais je m’y mets, il me faudrait un illustrateur. Tenté?

      Aimé par 2 personnes

      1. Chère Joëlle,
        J’ai trois, et bientôt quatre, livres publiés à compte d’auteur. Cela ne coûte rien … et ne rapporte rien non plus d’ailleurs. La publication et la mise en ligne sont très faciles, au moins pour moi.
        Tenté par les illustrations bien sûr ! J’en ai fait et une série particulièrement dont je suis très fier. Mais l’aspect psychologique de mon mode de production fait que j’y suis laborieux et mauvais.
        J’aime bien cette petite phrase qu’on attribue à Compay Segundo ou à un vieux sage indien Rabîndranâth Tagore ( Il s’agirait, en fait, d’un dicton latino-américain qu’il a contribué à populariser …) « Avant de mourir, un homme doit faire un enfant, écrire un livre et planter un arbre. » J’ai tout fait !
        Bises et merci encore mille fois, Joëlle.

        Aimé par 1 personne

    1. Merci, Christophe 😊. Très pratique quand on doit emporter son repas avec soi. Et pas de risque de miettes sur les vêtements! Il faut bien trouver des avantages au sans gluten, n’est-ce pas?
      Est-ce que tu as fait un billet sur des souvenirs de repas de cantine? Je serais curieuse de comparer avec ce que j’ai connu…

      Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s