des idées de plats tout simples quand on veut manger sans additifs (« sans sulfites »)

Bonjour à tous ! Me revoici dans la blogosphère après une longue pause. J’aurais pu commencer par une recette (je n’ai que l’embarras du choix dans mon petit carnet 😊) mais j’avais promis à Marie de répondre à la question qu’elle m’a envoyée début mai :

« Que faire, quand on travail de 7 h à 20 h avec 2 enfants en bas age, et qui ne jurent que par les pâtes et le riz et quand on n’a ni le temps, ni l’argent de manger/ consommer BIO… on reste malade ? »

Quand on veut manger sans additifs, sans conservateurs, il faut se mettre en cuisine. Cela peut paraître décourageant mais en fait on peut très bien se nourrir « sans chichis ». Voici des idées pour des repas simples, dont je ne publie pas les recettes, mais que je fais fréquemment. Vous allez voir que je n’ai pas inventé la poudre à canon !

petits-déjeuners et en-cas sans chichis :

– fruits frais

– fruits secs, impérativement bio pour éviter les traitements (attention quand même au sucre)

– fruits à coque, bio aussi de préférence; mais en conventionnel certains sont exempts de traitement soufrés

– œufs coque, œufs brouillés

– flocons d’avoine ou de sarrasin

– galettes de riz si on veut remplacer le pain

salades sans chichis :

On prend tout ce qu’on trouve dans le réfrigérateur, on mélange et chacun met la quantité d’huile, de sel et de vinaigre (vinaigre de riz pour être sans sulfites) dans son assiette :

– laitue, batavia, mâche, jeunes pousses d’épinard, etc, selon la saison, pour la verdure

– rondelles de radis

– carotte crue, betterave crue, chourave cru, râpés ou en julienne

– fenouil en fines lamelles

– endives

– tomates

– avocats

– concombre

A noter : si on commence par une salade géante, on fait du bien à sa santé et on mange moins de produits carnés après, donc on fait des économies, ce qui permet d’acheter certains produits en bio. En ajoutant tout simplement du thon (ingrédients listés sur la boîte : thon, eau, sel uniquement) ou des œufs durs à ces légumes, pour obtenir un plat complet.

On peut aussi faire une sauce vinaigrette avec de la moutarde bio au vinaigre d’alcool (à portée de toutes les bourses) ou une vinaigrette au miso. Pour gagner du temps, on peut en faire en très grande quantité, qu’on conserve plusieurs jours dans un petit bocal en verre.

viande sans chichis : (souvent arrosée d’huile d’olive chez moi ; à chacun de choisir ses aromates )

– rôti de porc

– rosbif

– poulet rôti

– poisson au four

Les viandes citées ci-dessus peuvent être cuites en quantité suffisante pour les manger sur deux repas. On peut aussi en faire cuire à la poêle.

légumes de saison, donc frais, sans chichis : (on s’en occupe pendant la cuisson de la viande ou du poisson)

Au choix : coupés en julienne ou en petits morceaux et sautés rapidement à la poêle ou en cuisson vapeur, ou même au four avec un filet d’huile d’olive – et là je garantis que les enfants vont adorer :

– carottes

– navet

– chou-rave

– rutabaga

– betterave

– panais

– asperges

– poivrons

– tomates

– courgettes

– haricots verts

– épinards

– cardes

– courges et potirons en tous genres

– patates douces

féculents sans chichis :

– pommes de terre vapeur ou au four (en bio, on n’est même pas obligé de les éplucher avant la cuisson)

– riz vapeur

– lentilles et pois cassés (ne nécessitent aucun trempage avant cuisson) 

– petits pois frais ou surgelés

– pois chiches en conserve (ingrédients : pois chiches, eau, sel) – excellents dans une salade composée !

– maïs en boîte (sans sucres ajoutés)

soupes de saison :

même principe que pour les salades : en gros, on ouvre son réfrigérateur, on prend les légumes qui s’y trouvent, on les fait cuire dans de l’eau salée avec ou sans un morceau de viande pour ajouter du goût… Ça se fait tout seul, et pendant ce temps (20 à 30 minutes) on peut vaquer à d’autres occupations. On en fait assez pour en manger 2 fois. D’ailleurs les soupes sont meilleures réchauffées !

desserts sans chichis :

– des fruits de saison, seuls ou en mélange, ou en compote. Les fruits bio n’ont pas besoin d’être épluchés pour être cuits, il suffit de mixer finement la compote avec un bon pied mixeur – équipement indispensable ! On y gagne les vitamines qui se cachent sous la peau et des fibres supplémentaires dont notre microbiote se régale…

Les desserts compliqués, gâteaux sans gluten et autres, ne sont pas obligatoires, en tout cas à chaque repas, et en les évitant on fait aussi de sacrées économies ! Quand on est dans une phase de transition alimentaire, l’entourage doit être bienveillant et ne pas s’étonner si les menus ne varient pas beaucoup les premières semaines, le temps de s’organiser et de voir à quel moment on peut se consacrer à davantage de cuisine. Cela dépend forcément de son emploi du temps, de son énergie aussi. Personnellement, c’était le samedi matin que j’étais la plus efficace en cuisine à l’époque, pas si lointaine, où je travaillais.

A propos d’organisation, quelques astuces :

– laver dans plusieurs eaux et essorer la salade dès son achat, et la conserver au frais dans un grand récipient plastique à couvercle genre Tupperware. Elle s’abîmera bien moins vite qu’en la gardant entière.

– idem pour les radis. J’ai trouvé à l’usage qu’ils se gardent mieux si j’enlève leurs fanes le jour-même. Je les conserve lavés dans un bocal en verre.

– établir un plan d’action et de menus pour la semaine : ce qu’on fait cuire quel jour, etc.

– faire une pâte à tarte quand on dispose d’un moment, et la congeler déjà étalée dans son moule pour un usage ultérieur.

Surtout, ne jamais se décourager.

Côté pécunier :

Comme celle de Mr Toutlemonde, ma bourse n’est pas extensible – et encore moins depuis que je suis retraitée. Je parviens à faire quelques économies en fabriquant moi-même ma lessive, en réduisant au minimum les produits d’entretien de la maison (d’ailleurs trop souvent toxiques pour ma santé et celle de ma Moitié surtout) et ceux de « beauté ». On peut aussi faire son déodorant maison !  D’autre part, en achetant principalement des fruits et légumes de saison, produits localement si possible, on dépense moins.  Les producteurs de nos régions, sans être forcément répertoriés comme « bio », n’utilisent pas tous systématiquement des produits toxiques.  C’est en échangeant avec eux sur leurs pratiques (et en leur expliquant très simplement notre problème d’intolérance) que l’on crée des liens et que l’on sensibilise les gens aux dangers des additifs.

J’espère avoir répondu aux attentes de Marie, et de tous ceux qui se posent les mêmes questions. A bientôt pour une recette sans sulfites !

Publicités

20 commentaires

  1. Voici de judicieux conseils faciles à mettre en pratique…
    J ai trouvé des baguettes de sarrasin que je tranche en portions de 40g environ pour mettre au congélateur. Je peux ainsi alterner mes petits déjeuners avec flocons, fruits frais,amandes…selon les envies et les besoins que je ressens…
    Bonne continuation

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai, on ne pense pas toujours à congeler le pain, et pourtant c’est pratique. Je tranche systématiquement celui que je fais dès qu’il a refroidi, pour que ma Moitié pioche à volonté dans le congélateur. Merci du retour!

      J'aime

  2. Voilà un article comme je les aime !
    Hier soir, j’ai cuit 2 Kg de haricots rouges (il y en a marre des conservateurs), ils m’attendent au congélateur stockés dans des bocaux en verre.
    C’est un plaisir de te retrouver Joëlle, j’espère que tu vas bien.
    Belle soirée, bisous.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Carole,
      J’ai des haricots secs (récolte de l’an dernier) à faire cuire aussi… Hélas, mon très ancien et très grand congélateur coffre est en train de rendre l’âme — j’attends son remplaçant avec impatience! J’ai pensé à toi quand j’ai commandé un congélateur avec tiroirs. Ton commentaire me fait penser que j’aurais dû noter la congélation comme une des astuces qui aident au quotidien.
      Ce matin il pleut déjà, je vais donc devoir attendre un peu pour (re)faire les vitres de la cuisine!!! Drôle de météo. Pendant ce temps, outre-Atlantique, il fait très sec. Ma fille doit arroser le petit parterre de fraises que ma Moitié lui a planté!
      Bisous à toi, à bientôt !

      Aimé par 1 personne

  3. Coucou Joelle.Ravie de te revoir !
    Voici de bons conseils. Je pense comme toi, qu’il est tout à fait possible de cuisiner, et même à moindre coût en ayant des enfants. Je l’ai fait des années avec 3 enfants à la maison et un job à plein temps. Tout dépend de là où nous mettons nos priorités. Pour moi, alimentation rime avec santé, alors je cuisine.
    Bon week end
    Bises

    J'aime

    1. Bonjour Frédéric, j’espère que les orages vont ont épargnés côté Sud…
      Je me suis laissée déborder par nos travaux jardiniers en ce moment mais je vais rapidement trouver un moment pour aller sur ton blog.
      Bises

      Aimé par 1 personne

  4. C’est un retour en force, cet article est très bien, il m’arrive très souvent d’interroger mon placard et mon bac à légumes et toujours il en sort des merveilles de salades uniques!
    Je prépare le repas de mes filles le midi pour l’école (je travaille), et je trouve toujours un petit repas à bricoler rapidement (des légumes à croquer, une tranche de viande ou un morceau de poulet…), cela fait trois ans et elles ne réclament aucun changement…
    Le secret c’est d’anticiper un tout petit peu et ça roule.
    Bon week-end

    Aimé par 1 personne

    1. Merci de ton retour Corinne, toi qui est « dans la vraie vie ». J’espère que Marie lira ton témoignage. Le problème avec notre société c’est qu’on est tout le temps dans l’immédiateté . C’est tellement plus facile de commander une pizza ou d’acheter un sandwich que de prévoir ne serait-ce que deux ou trois repas. Cela pourrait devenir une habitude pourtant, au même titre que le rituel du brossage de dents ou du ménage hebdomadaire — qui, petite parenthèse, n’est pas une priorité quand on travaille!
      Bon week-end à toi!

      Aimé par 1 personne

      1. C’est ça, j’ai toujours d’avance trois poivrons, des oignons, des oeufs, des graines, du riz, des pâtes, il suffit d’ajouter quelques légumes verts qui habilement cuisinés vont transformer un plat, j’ai aussi toujours des blancs de poulets, des sardines, du jambon sec…
        la liste est longue, tout ça pour dire qu’en anticipant on s’assure des recettes improvisées toujours réussies!!
        Je pars en week-end en Charentes
        Des bisous😙

        J'aime

      2. Tu es sûre que regardais dans ton placard? J’ai les mêmes choses dans le mien! 😄
        Les légumes bien cachés dans des plats appétissants, ça te connaît, n’est-ce-pas? Bon week-end dans les Charentes, Corinne 🙂

        Aimé par 1 personne

    1. Le contact direct avec ceux qui nous nourrissent, c’est essentiel, mais impossible quand on achète uniquement en supermarché. Dommage. Cela ramène un peu d’humanité dans notre quotidien.
      Bon week-end Eveline, merci, bisous à toi 😘

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s