filets de daurade (dorade) à la poêle, et un coup de colère

J’adore quand mon époux prend le relai derrière les fourneaux; c’est d’ailleurs dommage qu’il n’ait pas le temps de le faire davantage, car il est assez doué pour produire des plats (et des sauces!) très goûteux! Le seul hic, c’est qu’il se cantonne aux produits carnés et au poisson. Bon, c’est déjà ça! Voici comment il me prépare des filets de daurade; simple et bon, même préparés avec du poisson surgelé. Si vous en trouvez du frais***, ce sera encore meilleur! La daurade est un poisson très savoureux et éminemment sympathique car mince donc rapide à cuire!

Ingrédients (pour 2 personnes)

– 2 filets de daurade (rincés et séchés)

– 1/2 cc d’herbes de Provence, bio

– 1/2 cc d’Herbamare; si vous n’avez que du sel, il en faudra moins

– 1 CS d’huile d’olive

– 4 CS de farine de maïs, (pas de fécule, ni de polenta) ou de farine de riz

– 1 CS de margarine végétale non hydrogénée

Préparation:

1. Assaisonner les filets des herbes de Provence et de l’Herbamare, et laisser reposer au réfrigérateur 1 heure environ.

2. Sortir le poisson, l’enrober rapidement d’huile et le passer dans la farine.

3. Mettre la margarine DANS UNE POÊLE CHAUDE. (Là je vous livre sa technique personnelle; il y tient et m’assure qu’il minimise ainsi 1) le risque de brûler la matière grasse et 2) celui de faire trop d’éclaboussures s’il employait de l’huile d’olive. ) Y déposer ensuite les filets, côté peau en dessous; faire cuire 2 à 3 minutes de chaque côté en réduisant dès que les filets sont saisis. C’est le moment de retourner chaque filet quand la peau a pris une couleur bien dorée et un aspect croustillant.

Vous serez d’accord avec moi: c’est vraiment facile à faire!

*** Et voici mon coup de colère, que j’ai gardé pour la fin au cas où seule la recette vous intéresserait, et c’est tout à fait votre droit.

Nous revenons d’un court passage en Bretagne, où j’ai voulu réalisé cette recette avec du poisson frais (il s’agissait de rouget barbet) acheté sur le marché. Je n’ai pas osé demander si ce produit avait été en contact avec des sulfites, eh bien j’aurais dû! La chaîne des réactions qui ont suivi m’a, je vous le dis franchement, dé-goû-tée d’acheter du frais: odorat altéré (c’est classique chez mon mari et il n’est pas le seul dans ce cas) + des yeux qui n’arrêtaient pas de pleurer durant notre promenade « bol d’air frais » de l’après-midi, puis vers 19h tout d’un coup je remarque la boursouflure naissante sur sa paupière gauche, qui a bien sûr continué sa progression dans les heures suivantes, et enfin asthme durant la nuit. Dans ces cas-là, pour traquer le coupable, on fait un retour en arrière: qu’avons-nous mangé 6 heures auparavant? Hormis le poisson, il y avait des pommes de terre vapeur bio, de la salade (bio) comme les jours précédents, et les mêmes fruits (bio) que la veille… Donc c’était bien le poisson, qui avait peut-être été « contaminé » à cause de la présence de crustacés traités sur le bateau.  Vous comprenez pourquoi je m’en tiens aux produits Picard? Bien la peine d’être en bord de mer!

Je sais que vous êtes à présent un certain nombre à lire mes recettes, sans que vous soyez forcément allergiques aux sulfites. En théorie, nous ne sommes que peu nombreux concernés par le problème, ce qui permet à la législation de nous ignorer totalement. Alors je me permets de vous lancer un appel à l’aide aujourd’hui, car en laissant faire, nous serons tous exposés à ces destructeurs de bactéries, jusqu’au jour où quelqu’un finira bien par évaluer s’ils sont vraiment inoffensifs: sont-ils capables de laisser notre flore intestinale (et celle de nos enfants) en paix?

Il faut savoir que, de même que les agriculteurs qui ont de nombreuses mises en garde pour la manipulation des pesticides, les marins-pêcheurs en ont tout autant pour leur utilisation des sulfites sur leurs bateaux (pour cela je vous invite à lire ceci)… Mon appel à l’aide est le suivant: si vous le pouvez, demandez autour de vous si des sulfites ont été employés pour conserver les produits que vous achèterez. C’est la seule pression dont nous sommes capables: celle du porte-monnaie qui se ferme –comme un coquillage en bonne santé!

Désolée de vous avoir ennuyés, je serai plus cool la prochaine fois, promis!

Publicités

2 commentaires

  1. Je n’en revient pas Joëlle, à qui faire confiance ?
    Tu n’as pas pu retrouver ton poissonnier (ou pêcheur) au marché ?
    J’ai un oncle marin pêcheur et sa fille a une poissonnerie, je vais leur en parler.
    La recette de ton époux est très sympa !
    Bon après midi.
    Bises.

    Aimé par 1 personne

    1. En vacances, tu sais, je n’ai pas de poissonnier « attitré »; je suis quand même déçue d’avoir fait ce coup à mon mari… La prochaine fois je poserai des questions, tant pis si j’ai l’air de déranger.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s